• Hugo Bréant

Migrations et flux monétaires : quand ceux qui restent financent celui qui part



Hugo Bréant, « Migrations et flux monétaires : quand ceux qui restent financent celui qui part », Autrepart, Numéro 67-68, Dossier « L'argent des migrations », coordonné par Isabelle Chort et Hamidou Dia, 2014, pages 31-52.



Lien vers l'article.



Résumé


La circulation de l’argent dans les migrations internationales est devenue un sujet central, saisi à la fois par les organisations internationales, les acteurs associatifs et politiques nationaux des pays d’origine et d’accueil des migrants, les chercheurs en sciences sociales et les médias. Cet article cherche à montrer dans un premier temps comment la figure de l’immigré envoyant de l’argent à sa famille s’est progressivement imposée. Ce processus a abouti à l’omniprésence des flux monétaires partant de l’émigré au Nord jusqu’à sa famille au Sud et a rendu invisibles d’autres flux allant bien souvent à contre-courant. Dans un second temps, à partir d’une enquête de terrain comparative menée au Togo et aux Comores, l’article tente de démontrer que s’intéresser à l’argent reçu par les migrants depuis les pays du Sud peut permettre de percevoir l’hétérogénéité des pratiques et surtout des trajectoires migratoires. Le sens de circulation de l’argent peut être un révélateur des profils sociologiques des émigrés et de leurs familles.


Mots-clés : migrations internationales ; envois et transferts de fonds ; organisations internationales ; rôle social de l'émigré ; catégories sociales ; Comores ; Togo.

Abstract


Circulation of money in international migrations became a central subject, handled at the same time by international organizations, national associative and political actors from the origin and host countries, researchers in social sciences and the media. Firstly, this article tries to explain how the figure of the immigrant sending money to his family gradually became standard. This process led to the omnipresence of cash flows sent by the emigrant in the North to his family in the South and made invisible other financial flows, in particular in the opposite direction. In a second step, the article, based on a comparative investigation led in Togo and Comoros, attempts to show that focusing on the money received by migrants from the South can emphasize the heterogeneity in migrants’ practices and trajectories. The direction of flows can reveal the sociological profiles of the emigrants and their family.

Posts à l'affiche
Posts Récents