Lomé,

Togo.

Hugo Bréant             Recherches (collectives)

PROGRAMMES ET RECHERCHES COLLECTIVES

 

                             2018-2019     Post-doctorat au sein du projet Marisé

L'islam à Mayotte et à La Réunion. Sécularisme, normes et pratiques

S’inscrivant dans le cadre d’un grand programme de recherche français intitulé « Islam et société », financé par le Bureau Central des Cultes et le Comité interministériel de prévention de la délinquance (2017-2019), ce projet réunit 12 chercheurs et chercheuses métropolitain·e·s, mahorais·es et réunionnais·es autour du Laboratoire des Dynamiques Sociales (Dysolab) de l’Université de Rouen Normandie. Il est coordonné par Élise Lemercier (MCF, Dysolab, Rouen) et Élise Palomares (MCF, Dysolab et URMIS, Rouen).
Cette recherche collective étudie les pratiques, les modalités de la transmission de l’Islam ainsi que les multiples façons dont l’État français intervient dans le domaine religieux à Mayotte et à La Réunion. 
D’une durée de deux ans, elle regroupe douze chercheur.e.s : Hugo Bréant, docteur en science politique, CESSP ; Mlaili Condro, docteur en linguistique ; Randi Carolyn Deguilhem, DR CNRS, HdR/TELEMME ; Nadia Fadil, professeure d’anthropologie à l’Université de Leuven (KU Leuven /IMMRC) ; Aurélie Fillod-Chabaud, post-doctorante en sociologie, AMU/CNElias et IREMAM ; Stéphanie Guyon, MCF en science politique, U. Picardie Jules Verne/CURAPP ; Myriam Hachimi Alaoui, MCF en sociologie, U. du Havre/IDEES Le Havre ; Élise Lemercier, MCF en sociologie, U. de Rouen Normandie/DySoLab ; Samia Locate, docteure en langue et linguistique Arabe (PhD) ; Hassan Oili, Doctorant en sociologie à l’U. Paris Diderot/URMIS ; Élise Palomares, MCF en socio-anthropologie, U. de Rouen Normandie/DySoLab, associée à l’URMIS ; Laurent Sermet, PU, IEP Aix-en-Provence ; Vasoodeven Vuddamalay, MCF-HdR géographie, U. d’Évry, Labo SLAM.

                             2016-2018     Participation à l'enquête collective au sein de l’ANR ALCoV

Analyses Localisées Comparatives du Vote : défiance, abstention et radicalisation politique dans la France contemporaine

Recherche financée par l’ANR et coordonnée par Éric Agrikoliansky (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales [IRISSO]/Université Paris Dauphine), impliquant les enseignant.e.s-chercheur.e.s de mon laboratoire [CESSP] et de plusieurs laboratoires de recherche en France (IRISSO, CESSP, CHERPA, CRESPPA, CURAPP)
Cette recherche collective interroge le rapport au politique des citoyens avant, pendant et après la séquence électorale de 2017 en France (Amiens, Avignon, Brignoles, Joigny, Marseille et Paris). Je suis membre de l’équipe parisienne [Paris – 18e arrondissement].

THÈMES DES RECHERCHES

 

      Mobilités internationales : Émigration ● Migrations de retour ● Politiques migratoires ● Frontières. 
     

     Mobilité sociale : Parcours biographiques ● Stratification sociale ● Inégalités et reproduction sociale ● Classes sociales ● Socialisations ● Rôles familiaux et sociaux.

     

      Islam : Éducation coranique ● Imams ● Croyances ordinaires ● Sécularisme ● Laïcité.
     

     Comparaison multidimensionnelle : Afrique (Comores, Togo) ● Outre-Mer (Mayotte, La Réunion)     ● Rapports sociaux de sexe, d’ethnicité, de classe et d’âge. 

 

 

FILS DIRECTEURS DES RECHERCHES 

 

                             Approche biographique des dynamiques sociales

 

L’approche méthodologique par les récits de vie des individus et de leurs proches, complétés par des observations sociologiques, permet de réinscrire les trajectoires individuelles dans des dynamiques familiales et collectives plus larges. Il s’agit alors de tenir ensemble l’analyse des pratiques sociales et des significations qui y sont associées, mais aussi de comprendre comment les expériences vécues s’incarnent et s’adaptent aux contextes sociaux et politiques.

→ Analyses des parcours biographiques et des expériences sociales vécues par : des émigré·e·s comorien·ne·s et togolais·es (doctorat) ; des électrices franciliennes franco-comoriennes ou franco-togolaises (enquête ALCOV) ; des musulman·e·s ultra-marin·e·s (post-doctorat).

                             Approche des politiques publiques par les usagers

Dans le cas des politiques de gestion des mobilités internationales ou de gouvernance du culte musulman en Outre-mer, je me suis d’abord intéressé à la production de ces mesures à différentes échelles (acteurs consulaires et diplomatiques, collectivités territoriales et élus locaux, organisations internationales, etc.). Mais mes recherches interrogent avant tout les expériences des citoyen·ne·s qui affrontent ces politiques tout au long de leur parcours. Cette approche par les adaptations et les accommodements individuels souligne les contraintes différenciées - selon les lieux, les périodes et les personnes ciblées – et les disparités et les inégalités engendrées par ces politiques.

→ Analyses des conséquences biographiques et sociales des politiques sur : les trajectoires et pratiques migratoires d’émigré·e·s comorien·ne·s et togolais·es (doctorat) ; les croyances et les pratiques religieuses de musulman·e·s ordinaires et d’acteurs·trices religieux·ses ultra-marin·e·s (post-doctorat).

                             Sociologie des mobilités spatiales et sociales et (re)production des inégalités sociales 

 

L’étude des dispositions à la mobilité spatiale, des pratiques migratoires et des significations sociales associées à ces mobilités permet de mieux comprendre les articulations entre mobilités géographiques et mobilités sociales. Selon les pays, les générations migratoires, les histoires familiales ou les propriétés individuelles, les déplacements spatiaux peuvent favoriser des expériences de mobilité sociale ou au contraire d’immobilité sociale, mais aussi des perceptions subjectives très variées de ces expériences. En retour, les positions sociales contrastées de départ participent à la mise en œuvre de pratiques migratoires très inégales. 

→ Analyses des trajectoires migratoires et sociales : de citoyen·ne·s comorien·ne·s et togolais·es (doctorat) ; d’électrices franciliennes franco-comoriennes ou franco-togolaises (enquête ALCOV) ; d’acteurs·trices religieux·ses ultra-marin·e·s (post-doctorat).

                             Comparaison multidimensionnelle 

 

Mes recherches mettent systématiquement en dialogue des monographies et des histoires locales ou nationales (Comores / Togo ; La Réunion / Mayotte). Mais l’analyse des logiques de différenciation sociale dans les processus étudiés (mobilités, politisation ou croyances religieuses), implique la comparaison constante d’enquêté·e·s aux propriétés sociales contrastées (sexe, âge, pays d’origine, catégorie socio-professionnelle, niveau de diplôme, génération, milieu social d’origine, etc.).

 

→ Analyses des : parcours migratoires de citoyen·ne·s comorien·ne·s et togolais·es (doctorat) ; des préférences politiques et électorales de citoyennes franco-comoriennes ou franco-togolaises franciliennes (enquête ALCOV) ; des croyances et pratiques religieuses ordinaires de musulman·e·s ultra-marin·e·s (post-doctorat).
 

TERRAINS

Afin de mener à bien ces différentes activités de recherche, plusieurs enquêtes de terrain ont été conduites depuis 2008. Lors de ces enquêtes qualitatives dans différents espaces (France métropolitaine, Togo, Comores, Mayotte, La Réunion), j’ai toujours mené en parallèle des entretiens informatifs, des entretiens sociologiques et des observations sociologiques.

                             Enquêtes (pré-)doctorales  

1.    Décembre 2008 – Novembre 2009 : Terrain en région parisienne 
 

       Entretiens et observations auprès de responsables associatifs franco-togolais : 5 enquêtés, 3 associations
 

2.    Janvier – Février 2010 : Terrain au Togo
 

       Entretiens et observations : 16 entretiens informatifs, 59 entretiens sociologiques
 

3.    Mai – Juin 2012 : Terrain en région parisienne et à Marseille 
 

       Entretiens : 9 entretiens informatifs, 30 entretiens sociologiques
 

4.    Juin – Septembre 2012 : Terrain en Grande Comore (Comores)
 

       Entretiens et observations : 17 entretiens informatifs, 125 entretiens sociologiques
 

5.    2013 – 2016 : Suivi de certain·e·s enquêté·e·s en France
 

       Correspondances et entretiens répétés ; Création d’une base de données 

                             Enquêtes liées à la recherche collective ALCOV 

6.    Janvier – Juin 2017 : Terrain en région parisienne 
 

       Entretiens avec des citoyennes franco-comoriennes et franco-togolaises : 3 vagues d’entretiens répétés avec 3 enquêtées

                             Enquêtes liées à la recherche collective MARISÉ

 

7.    Septembre – Octobre 2018 : Terrain à Mayotte 
   

       Entretiens et observations : 30 entretiens informatifs, 32 entretiens sociologiques
 

8.    2019 (2 mois, dates à fixer) : Terrain à La Réunion 
 

       Entretiens et observations à réaliser
 

 

Me contacter

Associations professionnelles

Blog

Article dans AOC-Média : "« Nous ne sommes que de passage » : quand les émigrés africains aspirent au retour"

18.04.2019

1/10
Please reload

Réseaux sociaux

Logo_ICM_Web-e1527517588527.png